Des mots une histoire 54

Des mots une histoire 54

Des mots une histoire
Sur le thème de mots imposés d’Olivia Billington, création d’une histoire d’après des mots imposé.

Les mots imposés pour Des mots, une histoire 54 sont : erreur – tendresse – train – thorax – scolopendre – lutte – inconnu – inexorablement – boue – pavillon – compagnie – foyer – neige – étude – mésange – flocon – accoster – désorienté – parcours – tomate – chanter – gare – livre

La ville inondée

Y aurait-il une erreur ? On nous avait chanté la neige, mais pour le moment, les flocons voluptueux n’ont investi que certaines régions. Je suppose qu’il nous faut patienter un peu. Pour cela, je vous propose de découvrir ce qui se passe après l’inondation de la ville fantasmagorique. Comme aucune étude sur le sujet n’a été menée, je ne sais pas par quoi commencer.
Les modes de transport ordinaires ne fonctionnent plus, des gondoles fraient avec des trains insubmersibles qui flottent au gré de rues pavées. Des arbres poussent ça et là, ils portent toutes sortes de fruits et de fleurs, qui alourdissent leurs branches et ombragent les petites maisons qui ont remplacé les immondes immeubles gris. Mais les citadins ne se sont pas encore faits à ce nouveau milieu et ils cherchent désespérément des points de repère qui n’existent plus. Tous les véhicules personnels n’étant plus disponibles, emprunter les transports en commun est désormais la seule option des gens. Durant le parcours du train entre les pavillons, les passagers peuvent admirer des mésanges bleues qui planent au-dessus d’un minuscule marché multicolore. Puis inexorablement, le train vient accoster à la gare centrale de la ville. Sur les quais, les gens transitent entre deux destinations, s’interrogent du regard, sans vraiment oser croire à ce qu’ils voient autour d’eux. Mais le reflet des trains voguant sur leurs lits les rappellent à leur égarement.
Un soleil réparateur envahit soudain la ville et l’eau accumulée dans les rues commence à s’évaporer. Avec la décrue qui s’annonce, de la boue s’amoncelle en petits tas qui se tiennent compagnie. Par endroit, elle s’est même agglomérée suffisamment pour que de petites scolopendres viennent s’y déployer. Le thorax bombé, les plantes luttent fièrement afin de conserver leur monticule terreux.
Désormais assise sur une butte herbeuse, la gare surplombe la cité. Elle écrase tout l’ancien quartier de sa volupté. De là, on dispose d’une vue imprenable sur le marché et l’on peut suivre un couple entrelacé de tendresse, goûter une livre de tomates.
Puis, vient l’heure du retour à la maison, les travailleurs reprennent leur train flottant, sans avoir la certitude de se rendre au bon endroit. Encore désorientés par le brusque changement de leur environnement, des inconnus se côtoient sans se regarder.  Ensuite, chacun regagne très vite son foyer, de peur de ne pas le retrouver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Anne de Louvain-la-Neuve

Une photo prise durant l'été 2016 au jardins des tarots de Niki de Saint Phalle

BODOBLOG

iD visuelle, écriture créative

A la lueur du lampadaire

This is the sea’s streetlamp... for reading and writting fictions !

Les mots de la fin

“La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire.” Victor Hugo

monesille

Poésie un jour, poésie toujours

LES PETITS CAHIERS D'EMILIE

"Je suis un globe aérostatique qui flotte à quelques mètres du sol, dont la nacelle est encore rattachée à la terre par un cordage." Rosa MONTERO

Dominique Cano - auteur

écrire, dessiner, voyager

Un Sot en Auteur

Site officiel de Thiébault de Saint-Amand

Mélodie d'une jeune citadine [dé]rangée

Récits urbains et solitaires sur fond musical

Littérature et Philosophie

«Il y a parfois plus de philosophie dans un bon roman que dans le meilleur des traités» (Marcel Proust)

Il était une fois des points contés...

dans un atelier d'étoffes, de fils et de partages.

Glaz Mag

Blog Breton

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Kentin Spark

La forêt des pages, Vivre livres, vivre libres

D'autres vies que la mienne

carnet de lectures

Thé, lectures et macarons

Chère Amie, vous prendrez bien un ou deux livres ? Trois ? Vous êtes une petite gourmande !

Planete Vegas

LAS VEGAS comme nulle part ailleurs

larondedelivres

Le blog de Sabrina

Histoire d'Intuition

Découvrir, écouter, développer son intuition

Pure Photography

The award winning artworks experience

Éditions du Monde Premier

Association d'auteurs !

l'écritoire

une autre façon d'écrire

Mystérieux Wagon

Des moments à partager

Mon site officiel / My official website

Venez parler de tout ce dont vous avez envie avec moi. Donnez vos opinions en toute liberté. Laissez vos commentaires. Je vous attends nombreuses et nombreux !!! / Translation in English for people who don't speak French : come to speak about all you want with me. Give your opinions with complete freedom. Leave your comments. I await you many and many !!!

Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

"Je ne suis que ce qui me maintient à distance du monde". Thomas Vinau.

La Audacia de Aquiles

"El Mundo Visible es Sólo un Pretexto" / "The Visible World is Just a Pretext".-

"Recueil des Instants"

Un voyage d'expression libérée

Ma Vie De Rôliste

Du RP... des betas... Du Jdr

Kioro Photographie

Street Photography & Travels

%d blogueurs aiment cette page :