L’histoire du miel de fée


L’histoire du miel de fée

Ce matin, je vais vous parler de la fois où, par une nuit sans lune, j’observais la vie nocturne de ma fenêtre. Environ une minute avant minuit, j’aperçus un scintillement près de la souche du peuplier.
J’entendis, provenant de la même direction, des stridulations et un chœur que le vent m’envoyait par bribes insouciantes et hachées. Je ne sais pourquoi, je ne pus résister au charme qui m’enveloppa et je descendis au jardin.

miel fee 2

Le temps d’arriver sur place me sembla une éternité paresseuse, à tel point que lorsque je fus tirée de mon songe, je me retrouvai dans la verdure ondulante et fraîche. J’étais seule, en pyjama et frissonnais de froid dans l’air impassible et glacé. Médusée, je restai les bras ballants à m’interroger. Au bout de minutes hagardes, je me fixai un rendez-vous à la même heure, le lendemain.
Ce matin là, je retourne donc voir si j’aperçois encore la lumière étrange qui m’avait envoûtée.
Je n’entrevis aucune lueur, ne perçut aucun son provenant du site mystérieux. Que s’était-il donc passé ? Le phénomène bizarre n’existait-il que dans mon imagination débridée ? Je décidai d’en avoir le cœur net et de ne pas quitter mon poste d’observation tant que je n’aurai pas résolu l’énigme. Un mois s’écoula paisiblement sans mouvements singuliers.
Puis un soir, alors que je somnolais, une berceuse vint me chatouiller les oreilles. La nuit sombre étalait son manteau d’ombres inquiétantes sur le jardin et je suivis la mélopée jusqu’aux lumières, irréelles. Lorsque la musique cessa, je me retrouvai à nouveau perdue, sans références, dans un univers où mes sens n’avaient plus d’attaches avec la réalité. Il me fallut un certain temps pour me remettre de mes émotions, du moins pour reprendre pied et corps avec ce qui m’entourait. Alors que je m’apprêtais à rentrer, j’entrevis au sol, contre une racine, un petit objet brillant. Je me baissai pour le ramasser et découvrir un pot contenant une sorte de liquide.

moi miel 4

Encore abasourdie, je retournai dans ma chambre en examinant la minuscule fiole.A peine plus grosse qu’un dé à coudre, elle ne devait pas contenir plus de dix grammes d’un produit transparent, qui révélait des éclats roses et dorés, selon son exposition à la lumière.
Je me penche sur le mystérieux liquide ambré que j’ai trouvé hier, je soulève doucement le couvercle et hume un délicat parfum sucré, indéfinissable. J’y plonge le bout du doigt et en extrait une texture suave, on dirait du miel. Je lis dans mon dictionnaire du monde des lutins et autres farfadets, que leur miel est magique.

bibliotheque de fee 2

Tiens, en quoi peut-il être magique ? Voyons, le goût en est certes exceptionnel, mais il faut que j’en connaisse les propriétés. Il existe une bibliothèque cachée qui n’apparait qu’une fois l’an.
Je dois la trouver pour connaître les secrets des fées.
Je tisse une toile mystique pour entrer en contact avec les initiés. Si jamais j’y parvenais, je vous tiendrais informés.

pont 2

J’ai cherché les traces des thaumaturges, sans résultats et je n’ai malheureusement pas trouvé d’autres renseignements sur les fées pour le moment.

Facéties saison 3 ( 8 )


Facéties saison 3

épisode 8

Ce matin, j’apprends que la puce s’est enrhumée lors de la randonnée en haute montagne qu’elle a effectuée avec ses amis. Le colosse en étant tout retourné, la souris Rose leur a apporté une montagne de miel qu’elle a obtenu auprès d’un fin connaisseur en la matière.

puce enrume 2
Leurs amis l’ourse et son ourson lui avait donné rendez-vous aux portes de la forêt millénaire, afin de lui remettre une infime partie de sa réserve personnelle.

Des mots une histoire 41


 Des mots une histoire 41

Des mots une histoire
Sur le thème de mots imposés d’Olivia Billington, création d’une histoire d’après :

parachutiste – flacon – humeur – éléphant – breloque – temps – encre – saut – champ – potager – miel – éternuer – traumatisme – fragrance – flou – 41 mots – piquer – amoureux – effluves – rire – étreindre – astre – java

La fête des moissons

A l’occasion de la cérémonie annuelle des moissons, une fête serait organisée dans le plus vaste champ du village. Le maire était présent pour la préparation des festivités. Il donnait des ordres parfois contradictoires et personne ne l’écoutait. Malgré son agitation et ses va et vient en tous sens, la bonne humeur battait son plein. Dans un coin, un stand de diseuse de bonne aventure camouflait l’étreinte d’un couple d’amoureux. Les rires allaient bon train et l’endroit se parait de mille couleurs. Un étal de fleurs dont les fragrances embaumaient l’air, jouxtait une table où des pots de miel étaient empilés en pyramides. En passant à côté des bouquets, le maire éternua. Il fit remarquer à son ami que ces choses seraient fanées avant la fête, s’il persistait à les disposer maintenant. Ce à quoi l’autre répondit que non, puisque la soirée s’annonçait fraîche à la faveur des astres. Au centre du champ trônait sur un bûcher un éléphant rose en papier mâché destiné à finir en feu de joie. Non loin de là, un homme déballait des breloques que sa femme répartissait joliment sur un tissu de soie bleu pâle. A proximité, de petits flacons de parfums s’exposaient en quinconce, leurs effluves montaient aux narines sensibles du maire qui, pris de migraine devint de mauvaise humeur. A l’un des stands, un tableau sur lequel une grande feuille étalait ses quarante et une cases vides intrigua le maire, des plumes taillées s’offraient à la main et un petit pot empli d’encre attendait son heure. On l’informa qu’il s’agissait d’un jeu de mots, 41 mots pour être précis. Alors qu’il allait demander des précisions, le maire s’interrompit brusquement. Il leva la tête et vit dans un flou artistique, des nuages multicolores s’approcher à toute vitesse. Mince ! Il les avait oubliés ceux-là ! L’entraînement des parachutistes, était aujourd’hui. Leur saut avait été programmé depuis longtemps, mais le maire l’avait oublié. Il n’avait plus le temps de dégager le terrain et les parachutistes piquèrent vers le potager du père Damien. Tout s’arrêta. Le vieil homme se précipita, il criait déjà pour les traumatismes infligés à ses chers légumes. Le soir arriva très vite et les dégâts réparés, la java put commencer.

L’histoire du miel de fée 3


L’histoire du miel de fée

épisode 3 :

Ce matin, je me penche sur le mystérieux liquide ambré que j’ai trouvé hier, je soulève doucement le couvercle et hume un délicat parfum sucré, indéfinissable. J’y plonge le bout du doigt et en extrait une texture suave, on dirait du miel. Je lis dans mon dictionnaire du monde des lutins et autres farfadets, que leur miel est magique. Tiens, en quoi peut-il être magique ? Voyons, le goût en est certes exceptionnel, mais il faut que j’en connaisse les propriétés. Il existe une bibliothèque cachée qui n’apparait qu’une fois l’an. Je dois la trouver pour connaître les secrets des fées.

L’histoire du miel de fée 2


L’histoire du miel de fée

épisode 2 :

Ce matin, je retourne voir à la même heure si j’aperçois encore la lumière étrange qui m’avait envoûtée.

Je n’entrevis aucune lueur, ne perçut aucun son provenant du site mystérieux. Que s’était-il donc passé ? Le phénomène bizarre n’existait-il que dans mon imagination débridée ? Je décidai d’en avoir le cœur net et de ne pas quitter mon poste d’observation tant que je n’aurai pas résolu l’énigme. Un mois s’écoula paisiblement sans mouvements singuliers.

Puis un soir, alors que je somnolais, une berceuse vint me chatouiller les oreilles. La nuit sombre étalait son manteau d’ombres inquiétantes sur le jardin et je suivis la mélopée jusqu’aux lumières, irréelles. Lorsque la musique cessa, je me retrouvai à nouveau perdue, sans références, dans un univers où mes sens n’avaient plus d’attaches avec la réalité. Il me fallut un certain temps pour me remettre de mes émotions, du moins pour reprendre pied et corps avec ce qui m’entourait. Alors que je m’apprêtais à rentrer, j’entrevis au sol, contre une racine, un petit objet brillant. Je me baissai pour le ramasser et découvrir un pot contenant une sorte de liquide. Encore abasourdie, je retournai dans ma chambre en examinant la minuscule fiole. A peine plus grosse qu’un dé à coudre, elle ne devait pas contenir plus de dix grammes d’un produit transparent, qui révélait des éclats roses et dorés, selon son exposition à la lumière.

L’histoire du miel de fée 1


L’histoire du miel de fée

épisode 1 :

Ce matin, je vais vous parler de la fois où, par une nuit sans lune, j’observais la vie nocturne de ma fenêtre. Environ une minute avant minuit, j’aperçus un scintillement près de la souche du peuplier. J’entendis, provenant de la même direction, des stridulations et un chœur que le vent m’envoyait par bribes insouciantes et hachées. Je ne sais pourquoi, je ne pus résister au charme qui m’enveloppa et je descendis au jardin. Le temps d’arriver sur place me sembla une éternité paresseuse, à tel point que lorsque je fus tirée de mon songe, je me retrouvai dans la verdure ondulante et fraîche. J’étais seule, en pyjama et frissonnais de froid dans l’air impassible et glacé. Médusée, je restai les bras ballants à m’interroger. Au bout de minutes hagardes, je me fixai un rendez-vous à la même heure, le lendemain.

L’histoire de la puce et du colosse 6


L’histoire de la puce et du colosse

épisode 6 :

La puce jeta un regard apeuré à l’ours et d’une toute petite voix, dit qu’ils arrivaient du village de Doss, situé dans la campagne avoisinante. La bourgade de Doss était réputée dans tout le pays pour son miel parfumé à la framboise ou à la mûre.

Soudain intéressé, l’ours se fit plus aimable et convia la puce et le colosse à venir se restaurer dans son antre ou plutôt, il grogna quelque chose qui pouvait passer pour une invitation.

L’ours entraîna la puce et le colosse dans sa caverne.
L’ourson, peu habitué à des visiteurs, renifla ses invités sous toutes les coutures et lécha les pattes pleines de marmelade de la pauvre puce, qui n’en menait pas large et n’osa protester. L’ours proposa un brunch au colosse en lui présentant, du bout du museau, un morceau de cerf encore sanguinolent et quelques fraises sauvages.
Le lendemain, l’ours et son petit menèrent la puce et le colosse à travers arbres et racines, qu’ils flairaient au passage, jusqu’à l’orée de la forêt, où ils se séparèrent. Le colosse promit à l’ours de lui ramener, près de la souche creuse, plein de miel juteux.
L’ours retourna dans sa résidence d’été en grognant qu’il était fatigant de se faire des amis, même sympathiques.

Anne de Louvain-la-Neuve

Une photo prise durant l'été 2016 au jardins des tarots de Niki de Saint Phalle

BODOBLOG

iD visuelle, écriture créative

A la lueur du lampadaire

This is the sea’s streetlamp... for reading and writting fictions !

monesille

Poésie un jour, poésie toujours

LES PETITS CAHIERS D'EMILIE

"Je suis un globe aérostatique qui flotte à quelques mètres du sol, dont la nacelle est encore rattachée à la terre par un cordage." Rosa MONTERO

Dominique Cano - auteur

écrire, dessiner, voyager

Écri'turbulente

c'est en écrivant qu'on devient écrevisse

Mélodie d'une jeune citadine [dé]rangée

Récits urbains et solitaires sur fond musical

Il était une fois des points contés...

dans un atelier d'étoffes, de fils et de partages.

Glaz Mag

Blog Breton

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Kentin Spark

La forêt des pages, Vivre livres, vivre libres

D'autres vies que la mienne

carnet de lectures

Thé, lectures et macarons

Chère Amie, vous prendrez bien un ou deux livres ? Trois ? Vous êtes une petite gourmande !

Planete Vegas

LAS VEGAS comme nulle part ailleurs

Histoire d'Intuition

Découvrir, écouter, développer son intuition

Pure Photography

The award winning artworks experience

l'écritoire 2019

une autre façon d'écrire

Mystérieux Wagon

Des moments à partager

Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

"Je ne suis que ce qui me maintient à distance du monde". Thomas Vinau.

⚡️La Audacia de Aquiles⚡️

"El Mundo Visible es Sólo un Pretexto" / "The Visible World is Just a Pretext".-

"Recueil des Instants"

Un voyage d'expression libérée

Ma Vie De Rôliste

Du RP... des betas... Du Jdr

Kioro

Street Photography & Travels

Bric à Book

Chroniques culturelles. Lire, écrire, visiter villes et musées : entrez chez l'épicurieuse.

Viggo's blog

Just another WordPress.com weblog

TUDINESCESOIR ?

A table...il y a de la soupe de l'écrivaillon !