L’histoire du miel de fée

L’histoire du miel de fée

Ce matin, je vais vous parler de la fois où, par une nuit sans lune, j’observais la vie nocturne de ma fenêtre. Environ une minute avant minuit, j’aperçus un scintillement près de la souche du peuplier.

J’entendis, provenant de la même direction, des stridulations et un chœur que le vent m’envoyait par bribes insouciantes et hachées. Je ne sais pourquoi, je ne pus résister au charme qui m’enveloppa et je descendis au jardin. Le temps d’arriver sur place me sembla une éternité paresseuse, à tel point que lorsque je fus tirée de mon songe, je me retrouvai dans la verdure ondulante et fraîche. J’étais seule, en pyjama et frissonnais de froid dans l’air impassible et glacé. Médusée, je restai les bras ballants à m’interroger. Au bout de minutes hagardes, je me fixai un rendez-vous à la même heure, le lendemain.
Ce matin là, je retourne donc voir si j’aperçois encore la lumière étrange qui m’avait envoûtée.
Je n’entrevis aucune lueur, ne perçut aucun son provenant du site mystérieux. Que s’était-il donc passé ? Le phénomène bizarre n’existait-il que dans mon imagination débridée ? Je décidai d’en avoir le cœur net et de ne pas quitter mon poste d’observation tant que je n’aurai pas résolu l’énigme. Un mois s’écoula paisiblement sans mouvements singuliers.
Puis un soir, alors que je somnolais, une berceuse vint me chatouiller les oreilles. La nuit sombre étalait son manteau d’ombres inquiétantes sur le jardin et je suivis la mélopée jusqu’aux lumières, irréelles. Lorsque la musique cessa, je me retrouvai à nouveau perdue, sans références, dans un univers où mes sens n’avaient plus d’attaches avec la réalité. Il me fallut un certain temps pour me remettre de mes émotions, du moins pour reprendre pied et corps avec ce qui m’entourait. Alors que je m’apprêtais à rentrer, j’entrevis au sol, contre une racine, un petit objet brillant. Je me baissai pour le ramasser et découvrir un pot contenant une sorte de liquide. Encore abasourdie, je retournai dans ma chambre en examinant la minuscule fiole.A peine plus grosse qu’un dé à coudre, elle ne devait pas contenir plus de dix grammes d’un produit transparent, qui révélait des éclats roses et dorés, selon son exposition à la lumière.
Je me penche sur le mystérieux liquide ambré que j’ai trouvé hier, je soulève doucement le couvercle et hume un délicat parfum sucré, indéfinissable. J’y plonge le bout du doigt et en extrait une texture suave, on dirait du miel. Je lis dans mon dictionnaire du monde des lutins et autres farfadets, que leur miel est magique. Tiens, en quoi peut-il être magique ? Voyons, le goût en est certes exceptionnel, mais il faut que j’en connaisse les propriétés. Il existe une bibliothèque cachée qui n’apparait qu’une fois l’an.

Je dois la trouver pour connaître les secrets des fées.
Je tisse une toile mystique pour entrer en contact avec les initiés. Si jamais j’y parvenais, je vous tiendrais informés.

J’ai cherché les traces des thaumaturges, sans résultats et je n’ai malheureusement pas trouvé d’autres renseignements sur les fées pour le moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Anne de Louvain-la-Neuve

Une photo prise durant l'été 2016 au jardins des tarots de Niki de Saint Phalle

BODOBLOG

iD visuelle, écriture créative

A la lueur du lampadaire

This is the sea’s streetlamp... for reading and writting fictions !

Les mots de la fin

“La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire.” Victor Hugo

monesille

Poésie un jour, poésie toujours

LES PETITS CAHIERS D'EMILIE

"Je suis un globe aérostatique qui flotte à quelques mètres du sol, dont la nacelle est encore rattachée à la terre par un cordage." Rosa MONTERO

Dominique Cano - auteur

écrire, dessiner, voyager

Un Sot en Auteur

Site officiel de Thiébault de Saint-Amand

Écri'turbulente

c'est en écrivant qu'on devient écrevisse

Mélodie d'une jeune citadine [dé]rangée

Récits urbains et solitaires sur fond musical

Littérature et Philosophie

«Il y a parfois plus de philosophie dans un bon roman que dans le meilleur des traités» (Marcel Proust)

Il était une fois des points contés...

dans un atelier d'étoffes, de fils et de partages.

Glaz Mag

Blog Breton

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Kentin Spark

La forêt des pages, Vivre livres, vivre libres

D'autres vies que la mienne

carnet de lectures

Thé, lectures et macarons

Chère Amie, vous prendrez bien un ou deux livres ? Trois ? Vous êtes une petite gourmande !

Planete Vegas

LAS VEGAS comme nulle part ailleurs

larondedelivres

Le blog de Sabrina

Histoire d'Intuition

Découvrir, écouter, développer son intuition

Pure Photography

The award winning photography blog

Éditions du Monde Premier

Association d'auteurs !

l'écritoire

une autre façon d'écrire

Mystérieux Wagon

Des moments à partager

Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

"Je ne suis que ce qui me maintient à distance du monde". Thomas Vinau.

La Audacia de Aquiles

"El Mundo Visible es Sólo un Pretexto" / "The Visible World is Just a Pretext".-

"Recueil des Instants"

Un voyage d'expression libérée

Ma Vie De Rôliste

Du RP... des betas... Du Jdr

Kioro

Street Photography & Travels

Bric à Book

Chroniques culturelles. Lire, écrire, visiter villes et musées : entrez chez l'épicurienne culturelle.

%d blogueurs aiment cette page :